(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Faire la différence entre exprimer un besoin et se justifier

Annonce EB_300X250_couple_banc.jpgIl semble que ce soit difficile pour plusieurs personnes. Vous arrive-t-il d’expliquer à quelqu’un que vous voulez quelque chose et de rajouter pour quelles raisons vous le voulez ? Quand c’est le cas, êtes-vous en train de vous justifier ou est-ce seulement un partage ? 

Pour connaître la réponse à cette question, vous devez tout d’abord savoir bien définir ce qu’est une justification. Selon le dictionnaire, se justifier, c’est tenter de prouver notre innocence en expliquant notre conduite, en démontrant que l’accusation n’est pas fondée. Se défendre est un synonyme de se justifier. 

Ceci signifie que lorsque vous vous justifiez, vous vous sentez coupable, souvent de façon inconsciente. Il est fort fréquent de se sentir culpabilisé par une autre personne sans que cette dernière n’ait dit un mot et de s’empresser alors de donner des explications (justifications) non demandées. En réalité, c’est vous qui vous jugez coupable, même si vous êtes convaincu que c’est l’autre qui vous culpabilise. 

Prenons l’exemple d’une dame qui est fière de montrer un nouvel achat à son conjoint. Celui-ci lui demande En avais-tu vraiment besoin? Elle commence alors à donner différentes raisons pour se justifier. Il est fort probable qu’elle soit aussi en colère et rajoute Pourquoi me culpabilises-tu toujours ? J’étais tellement heureuse et voilà que tu me gâches tout mon plaisir. 

Vous avez certainement deviné que cette dame s’est fait poser cette question par son conjoint seulement parce qu’elle se sentait coupable. Il est certain que si elle ne ressentait aucune culpabilité, son mari aurait eu une attitude très différente. Les autres nous reflètent toujours notre propre attitude intérieure. Voilà notre grand pouvoir de créer notre vie. 

Prenons un autre exemple. Supposons que vous avez promis à votre patron de faire un travail supplémentaire et de le lui remettre dans un mois au plus tard. Après quelques jours, vous réalisez que vous vous en demandez trop, qu’il vous sera très difficile de tenir votre parole à cause de circonstances imprévues. Vous allez voir votre patron pour lui annoncer la nouvelle. Le partage de votre décision (votre besoin) à votre patron pourrait se dérouler comme suit : 

Je dois vous informer que je ne pourrai pas tenir ma promesse et que je dois me désengager. Après réflexion, je m’aperçois que ce travail dépasse mes limites, vu des circonstances imprévues et que je veux respecter mon besoin d’éviter trop de stress. Je vous demande donc de confier ce travail à quelqu’un d’autre. Je suis désolé si cela vous cause un inconvénient. 

Je peux vous assurer que si vous ne vous sentez vraiment pas coupable, votre patron acceptera votre décision même si ça lui cause un certain désagrément. J’ai vécu à plusieurs reprises des situations où j’ai dû me désengager et l’autre personne m’a avoué qu’en réalité, ça faisait même son affaire, car elle avait changé d’avis et n’osait pas me le dire. 

Par contre si vous allez voir votre patron en vous justifiant, ça pourrait ressembler à ceci : 

Je dois vous informer que je ne pourrai pas tenir ma promesse et que je dois me désengager. Vous n’imaginez pas tout ce qui m’est arrivé depuis quelques jours et … (vous voilà en train d’énumérer toutes les raisons pour lesquelles vous ne pouvez tenir votre promesse). J’espère que ma décision ne vous cause pas trop d’inconvénients, mais vous savez, tout ce qui m’arrive n’est vraiment pas de ma faute. Je suis tellement désolé. 

Ce genre de paroles indique beaucoup de culpabilité. Cette personne a peur de ne plus être aimée par son patron. Elle se sent coupable d’oser répondre à son besoin avant celui de son patron. 

Je vous suggère donc d’être alerte quand vous osez écouter vos besoins et que vous partagez une décision à quelqu’un. Si l’autre n’accepte pas votre décision et que vous vous sentez culpabilisé, prenez conscience que c’est un reflet de votre propre culpabilité. 

Aussitôt que vous vous justifiez, c’est que vous vous sentez coupable de penser à vous, c’est-à-dire de vous aimer, de vous accepter tel que vous êtes et de décider de ce qui est le mieux pour vous. Souvenez-vous que si vous ne pouvez faire passer vos besoins en premier SANS CULPABILITÉ, sans excuses et justifications, vous aurez beaucoup d’attentes envers les autres. Vous aurez des comportements égoïstes, car être égoïste signifie vouloir que les autres comblent nos besoins avant les leurs. 

À l’opposé, s’aimer véritablement, c’est s’autoriser à écouter ses besoins avant ceux des autres. Vous saurez que vous avez assez d’amour pour vous-même quand vous accepterez que les autres écoutent leurs besoins avant les vôtres. Ainsi vous n’essaierez pas de les culpabiliser et vous accepterez plus facilement leurs décisions, même si vous n’êtes pas d’accord.  

Je donnerai plusieurs conférences cet automne en France. J'espère pouvoir vous y rencontrer! Pour plus de détails, visitez cette page https://ecoutetoncorps.com/fr/calendrier-des-activites/conferences/

Avec amour, 

Lise Bourbeau 

Voici des suggestions pour entreprendre une démarche intérieure plus en profondeur sur le sujet de cet article : 

infolettre.JPGAbonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles tout aussi intéressants!

Être bien, ça s'apprend