(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Quelles blessures se cachent derrière la haine?

Annonce EB_300X250_fille_regard.jpgSelon la croyance populaire, c’est très méchant de haïr. Voilà pourquoi très peu de gens osent avouer qu’ils haïssent quelqu’un. Nous ne voulons pas nous avouer et encore moins aux autres que nous sommes méchants.

La haine est une vive hostilité qui porte à souhaiter ou à faire du mal à quelqu’un et à s’en réjouir. C’est une aversion pour quelqu’un. Quand on parle de faire du mal, cela ne veut pas nécessairement dire vouloir tuer quelqu’un, mais on peut haïr au point de souhaiter qu’il meure et arrête de faire souffrir les autres.

La haine est l’opposé de l’amour, qui apporte le bonheur, la joie de vivre, l’harmonie, la tranquillité d’esprit, la santé, la liberté et la paix intérieure. Nous savons tous que lorsque nous vivons dans l’amour, nous avons beaucoup d’énergie. Cette énergie a même le pouvoir de nous guérir de maladies occasionnées par le manque d’amour. Il va sans dire que la haine produit tout le contraire, car elle emprisonne et détruit celui qui l’entretient. L’énergie de la haine est toute aussi puissante que l’énergie de l’amour. Alors, que décidez-vous? Vivre dans la haine ou l’amour?

Faites-vous partie de ceux qui répondent qu’ils n’ont jamais haï personne ? Pensez-vous que tout le monde veut vivre dans l’amour ? Sachez que la majorité des gens vivent différents degrés de haine.

Prenons l’exemple de madame qui considère s’être fait voler son mari. Ce dernier est parti avec une autre femme et l’a laissée avec tous les soucis d’élever leurs deux enfants seule. Deux ans plus tard, elle apprend que cette femme est partie avec un autre et que son ex en est tombé malade. Sa première réaction est de se dire : Tant pis pour lui, il le mérite. Je suis contente qu’il sache ce qu’il m’a fait vivre. La vie est juste, ça lui était dû.

Cette réaction exprime de la haine et certainement pas de l’amour ou de la compassion, car elle se réjouit du fait que son ex ait mal et vive des problèmes.

La haine est très subtile. Elle se développe surtout en entretenant la blessure de rejet ou d’abandon. Il est fort possible que cette dame ait vécu d’autres blessures avec son conjoint, mais ce sont ces 2 blessures qui causent la haine.

En effet, toutes les rancunes et la haine que nous entretenons sont causées par ces blessures. Une rancune c’est un souvenir, un ressentiment tenace que l’on garde d’une offense, d’une injustice ou d’un préjudice. Lorsque la rancune est accompagnée d’un désir de vengeance ou de souhait de malheur pour l’autre, elle devient de la haine.

En général, la haine est la conséquence d’un grand amour déçu. Elle provient d’attentes non réalistes envers une personne ou un groupe de personnes qui devraient, selon nous, nous aimer ou montrer leur amour, différemment. Il faut beaucoup d’amour pour haïr. Une personne indifférente ne peut pas haïr.

La haine découle donc d’un sentiment de rejet ou d’abandon. Plus une personne souffre d’une grande blessure de REJET ou d’ABANDON, plus elle a la capacité de développer de la haine. Elle n’est pas méchante, mais plutôt décentrée et très souffrante, et ce, depuis sa petite enfance. Quand elle souffre, elle continue de croire que c’est la faute de l’autre. On peut donc voir que l’EGO a de l’emprise sur elle et qu’elle souffre surtout du fait de ne pas appliquer la notion de responsabilité.

En résumé, quand nous souffrons profondément d’une blessure, cela montre que notre ego nous contrôle. La blessure qui fait le plus mal est le REJET, car il touche notre être au plus profond de nous.

Si tu reconnais ce sentiment de haine en toi, c’est-à-dire si tu en veux à quelqu’un au point de lui souhaiter du malheur, sache que ce sentiment s’est développé très jeune envers le parent du même sexe que la personne que tu hais.

Il est humain de vouloir nier quelque chose qui fait très mal et que nous considérons comme étant inacceptable. La blessure de rejet nous amène à nier, c’est-à-dire que nous ne voulons pas sentir que nous avons haï un parent et encore moins l’avouer. Plus nous entretenons le déni, plus nous refoulons notre grande douleur au plus profond de nous, et plus cette accumulation finit par se manifester dans notre corps sous forme de maladie importante, comme le cancer par exemple.

Il est impératif de devenir conscient et de reconnaître que c’est nécessaire. Nous devons tous accepter que le fait de haïr une personne ne signifie pas que nous soyons méchants. Au contraire, la grande douleur que nous vivons montre simplement qu’au lieu de laisser notre cœur nous diriger, nous laissons notre ego le faire. Nous voulons au plus profond de nous-mêmes nous diriger vers l’amour en prenant notre responsabilité.

Je vous rappelle qu’être responsable c’est se souvenir que nous créons sans cesse notre vie. Tout ce que nous attirons à nous venant des autres nous aide à découvrir ce que nous n’acceptons pas de nous-mêmes.

Nous devons aussi passer par l’étape de revivre la douleur associée à la blessure, qui est tout à fait légitime pour tout être humain. Il peut y avoir une période de révolte où nous trouvons que la vie est injuste, pour finalement arriver à effectuer les étapes du pardon et nous réconcilier avec nous-mêmes et les autres. Ainsi, toute l’énergie utilisée auparavant à haïr, pourra servir à créer une vie heureuse, libre et paisible. Heureusement, grâce à notre grand pouvoir créateur et décisionnel, il est toujours possible de transformer ce pouvoir destructeur en pouvoir constructif et libérateur et de découvrir ainsi les grandes richesses que notre cœur a à offrir.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons ce qui suit :

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles intéressants!

Header_new_infolettre.PNG

Être bien, ça s'apprend