(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Maladie importante, haine de soi et rejet

Au fil des années, je me suis rendu compte que toute maladie invalidante se déclenche à la suite de nombreux malaises physiques. Une forte blessure de rejet non guérie et non conscientisée peut mener une personne à nier, à ignorer ces nombreux messages.

Notre corps nous parle à travers nos malaises et maladies toujours afin de nous rappeler l’importance de nous aimer. En considérant que l’opposé de l’amour est la haine, j’en suis donc venue à la conclusion que toute maladie importante indique de la haine envers soi qui est directement liée à la blessure de rejet. Plus celle-ci est forte, plus une maladie importante se manifeste rapidement.

Que la blessure de rejet soit très apparente dans le physique ou non, elle existe bel et bien chez chaque être humain. Souvent, elle est tellement niée qu’elle est dissimulée, enfouie sous la blessure d’injustice.

La blessure de rejet étant la plus souffrante psychologiquement, c'est donc celle qui attire des maladies souffrantes. Cette souffrance est issue du manque d'amour et du rejet de soi, qui nous sont également reflétés quand nous nous sentons rejetés par les autres .

Cette douleur a été déclenchée dès la naissance avec le parent du même sexe qui est le premier modèle d'amour. Elle mène la personne à haïr (souvent inconsciemment) ce parent chez qui elle voit et rejette ce qu’elle croit au sujet d’elle-même. La haine est impossible quand nous sommes indifférents ; les fortes émotions proviennent de notre sensibilité. Pourtant, ce sont souvent des personnes souffrant des blessures de rejet et d’injustice qui peuvent être perçues comme étant « froides ». Particulièrement habiles à cacher leur grande sensibilité, à bien la refouler au plus profond d’elles-mêmes, ces personnes ne savent pas comment la gérer. Elles croient que le fait de ne pas sentir leur permet de moins souffrir, alors que la souffrance devient encore plus forte.

La maladie ne se développe que lorsqu'une personne ne veut pas ou ne peut pas être consciente de sa haine. Elle l'occulte, la nie et vit toute sa douleur dans l’isolement. Une maladie importante signale donc qu’il est impératif de devenir conscient d'avoir haï et/ou rejeté le parent du même sexe et qu’il est grand temps de reprendre contact avec sa puissance intérieure, c'est-à-dire de s'aimer au lieu de se rejeter.

 

Le masque de rigide et l’injustice

Je tiens à préciser que le masque de rigide contribue à sa façon à renforcer le déni et l'inconscience. En effet, la personne souffrant de la blessure d’injustice (qui est derrière le masque de rigide) est convaincue que c’est injuste, 

que ce n’est pas bien de haïr son parent et qu’elle devrait plutôt être reconnaissante. Cette croyance est d’autant plus forte si la personne a considéré son parent de même sexe comme étant le perdant dans le couple parental.

En réalité, ce que l’ego – qui se manifeste à travers les blessures – ignore, c'est qu'en niant en avoir voulu à notre parent, il est impossible de faire la paix. L’ego ne sait pas que les autres sont dans notre vie pour nous aider à devenir conscients de ce que nous n’acceptons pas de nous-mêmes.

Les blessures influencent notre relation aux corps et aux malaises. Souvent, les personnes fuyantes (rejet) et rigides (injustice) ne peuvent sentir les nombreux petits signaux de leur corps. Ils s’en occupent seulement lorsqu'il s'agit d'un signal très important, par exemple un cancer.

Les personnes rigides se croient imparfaites quand elles sont malades et auront beaucoup de difficulté à l’avouer, même si elles en sont conscientes. Si elles se soignent, c’est en cachette. Elles se vantent même à qui veut l’entendre de ne JAMAIS prendre de médicaments et de ne JAMAIS aller chez le médecin. Les personnes fuyantes nient être malades. Les autres peuvent s’en apercevoir, mais elles prétendent que tout va bien. D’ailleurs, elles parlent rarement de ce qu’elles vivent personnellement.

Je vous recommande fortement de devenir plus alerte aux petits signaux de votre corps. Ils attirent votre attention sur le fait de vous aimer davantage, de vous accepter plutôt que de vous sentir coupable. Vous garderez ainsi votre énergie naturelle, guérirez rapidement et éviterez des maladies importantes. Aussitôt que vous sentez un malaise, souvenez-vous de vous demander : Pourquoi est-ce que je m’en veux ? De quoi est-ce que je me sens coupable? Quand vous avez vos réponses, donnez-vous le droit d’être humain et d'avoir des faiblesses. Vous aimez, c'est vous accepter et même accepter les comportements avec lesquels vous n'êtes pas d’accord.

Plus  nous nous aimons, plus nous sommes conscients et mieux nous ressentons les signaux dans notre corps.

Il est bon de se souvenir que notre corps est notre plus grand ami.

Lise Bourbeau

Pour une démarche intérieure plus en profondeur, nous vous suggérons ce qui suit :

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles intéressants!

Header_infolettre_5-2020.png

Être bien, ça s'apprend