(001) 450-431-5336
1-800-361-3834
01 76 66 07 55

Êtes-vous du genre à vous autosaboter?

Annonce EB_300X250_fille_quai.jpgL’autosabotage c’est s’empêcher de manière inconsciente de réussir sa vie. Les personnes se mettent en échec par des comportements ou actions dont ils ne sont pas conscients.

Pourquoi une personne s’autosabote-t-elle à ce point ? À CAUSE DE SON EGO DONT ELLE N’EST PAS ASSEZ CONSCIENTE. L’ego agit à travers les cinq blessures : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Voici les différents comportements de sabotage selon les blessures.

(Afin de définir votre degré de sabotage, comptez les énoncés où vous vous reconnaissez.)

REJET 

  • Quand je me considère comme nul·le, pas assez bon·ne ou parfait·e, je n’obtiens pas le poste qui m’aiderait à me valoriser.
  • Dans un groupe, je me coupe des autres en espérant qu’ils viendront vers moi mais il se passe le contraire.
  • Je fuis à l’aide d’alcool ou de drogue pour me sentir mieux alors qu’après je me sens pire.
  • Je garde mes peurs à l’intérieur de moi ce qui les amplifie au lieu de m’aider.
  • J’imagine des scénarios qui faussent ma réalité.
  • Dans un groupe, je reste en retrait. Je crois ne pas être assez intéressant·e alors que ce que j’ai à dire pourrait aider les autres à me juger d’intéressant·e et d’intelligent·e.
  • Je suis tellement perfectionniste que je recommence sans cesse la même chose ce qui m’empêche d’accomplir plus dans le même temps.
  • Je ressasse sans cesse la même chose croyant m’aider à être plus parfait·e. Je réussis seulement à perdre de l’énergie à chercher l’impossible.

ABANDON

  • Je cherche tellement la présence des autres qu’ils finissent par trouver des excuses afin de ne pas être avec moi.
  • Je cherche à recevoir de l’attention en me créant des malaises et des maladies alors que c’est moi qui dois subir les conséquences de ces maladies.
  • Je dépends d’une autre personne pour m’appuyer dans un projet que je pourrais très bien réussir seul·e.
  • J’attends l’accord d’un·e autre avant de passer à l’action croyant que son accord est une preuve d’amour. Cela a souvent pour résultat que je finis par ne rien faire.
  • Avant de passer à l’action, je demande l’opinion de beaucoup de personnes pour avoir de l’attention et je finis par ne plus savoir ce qui est bon pour moi.
  • Je suis jaloux·se dans mes relations (de couple, amicales, familiales) et cela finit par éloigner la personne que j’aime.
  • Je fais des pirouettes pour la personne que j’aime en croyant qu’elle m’aimera davantage. Ensuite, je dois assumer le fait de ne pas avoir écouté mes besoins.
  • Je n’ose pas prendre ma place en présence d’une personne en colère ou agressive. Ensuite, je me sens seul·e et déçu·e de moi.
  • Je choisis d’endurer une relation difficile pour ne pas être abandonné·e alors que je me sens de plus en plus seul·e dans cette relation.

HUMILIATION

  • Je fais tout pour être digne de Dieu / d’une autorité suprême ce qui a pour conséquence que je n’écoute pas mes besoins.
  • Je fais passer les besoins des autres avant les miens. Je crois qu’ils feront pareil avec moi et je m’attire de nombreux désappointements.
  • Je n’ose pas être vrai par peur de nuire à quelqu’un, ce qui affecte mes relations.
  • Je suis trop porté·e à excuser les autres, ce qui fait qu’ils profitent souvent de moi.
  • Je me retiens dans ma sexualité et l’expression de ma sensualité, ce qui me fait déborder dans l’amour de la nourriture, surtout sucrée.
  • Je m’occupe beaucoup des autres, m’empêchant ainsi d’être libre de satisfaire mon besoin de me faire plaisir physiquement.
  • J’ai une fausse interprétation de la spiritualité ce qui m’empêche de vivre la vie sexuelle qui me conviendrait.
  • Je suis facilement dégouté·e de moi-même, ce qui m’empêche d’admettre que je suis une belle personne et généreuse.
  • Je grossis facilement parce que je me sens coupable de jouir de mes sens en mangeant.

TRAHISON

  • J’utilise mes qualités de chef et tous les moyens en mon pouvoir pour imposer ma volonté. Je veux que les autres me reconnaissent, mais je crée ainsi l’opposé.
  • Je veux que les autres me trouvent important·e et indispensable alors que je les éloigne davantage.
  • Je suis porté·e à mettre le blâme sur l’autre pour paraître important·e et sans failles alors que cette attitude m’éloigne de l’autre.
  • Je cherche à paraître spécial·e en recherchant les honneurs et la reconnaissance des autres, ce qui a pour effet de les éloigner.
  • Je mens facilement quand j’ai peur de perdre ma réputation alors que c’est cette attitude qui me donne une mauvaise réputation.
  • Je crois qu’en donnant des ordres je serai perçu·e comme une figure d’autorité. Au contraire, je perds le respect de l’autre.
  • J’aime bien tout prévoir pour mieux contrôler, mais je perds facilement le contrôle s’il arrive un imprévu.
  • Je n’ose pas parler de mes faiblesses, voulant paraître fort·e, ce qui a pour effet qu’on exige davantage de moi.
  • Je suis souvent sûr·e d’avoir raison et j’aime bien avoir le dernier mot pour paraître important·e et connaissant·e, ce qui a pour conséquence que l’autre n’a plus envie de me parler.
  • Je crains tellement que les autres me jugent d’être dépendant·e que je me force à être indépendant·e, ce qui a pour effet d’éloigner les autres de moi

INJUSTICE

  • Je me crois apprécié·e pour ce que je fais et non pour ce que je suis, ce qui implique que je suis toujours très occupé·e.
  • Je crois que je me sentirai mieux quand tout ce qui est sur ma liste sera fini, ce qui me rend la plupart du temps insatisfait, car cela arrive rarement.
  • Je recherche les compliments en voulant être le/la meilleur·e dans tout. Par conséquent, les compliments ne sont jamais à la hauteur de mes attentes.
  • Par peur de me tromper, je procrastine tellement que je finis par ne rien faire, car il est trop tard.
  • Je ne me permets pas de pleurer afin d’être parfait·e alors que les autres me jugent d’être froid·e et me trouvent inhumain·e.
  • Je me contrôle pour ne pas montrer ma colère. Cette colère retenue se retourne contre moi et me cause des maux de tête, des problèmes de digestion et bien d’autres malaises.
  • Je suis dur·e et exigeant·e envers mon corps ce qui a pour conséquence de me créer un problème physique sérieux.
  • Quand j’interromps une personne qui n’est pas juste et correcte dans ses propos, je crois l’aider alors que cela nuit à notre relation.
  • J’aime montrer toutes mes connaissances croyant ainsi être plus apprécié·e des autres alors que cela les éloigne, car ils se sentent inférieurs.

Pour obtenir le pourcentage de votre sabotage, faites le total de vos attitudes et comportements et divisez par 45.

S’il arrive souvent quelque chose qui vous empêche d’avoir, de faire ou d’être ce que vous voulez, je vous suggère de demander à vos proches quelles façons vous utilisez pour vous saboter. Pourquoi pas leur demander de répondre à ce test en votre nom. Cela vous permettra d’être davantage conscient et de vérifier si vous êtes capable de bien vous évaluer.

À l’avenir qui vous dirigera ? Votre ego ou votre coeur ? Écouter les besoins de votre cœur et de votre âme est la raison majeure de votre présence sur terre.

Avec amour,

Lise Bourbeau

Voici des suggestions pour entreprendre une démarche intérieure plus en profondeur sur le sujet de cet article

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin de recevoir d’autres articles intéressants!

Header_new_infolettre.PNG

Être bien, ça s'apprend